top of page

Le dépouillement



Alors que le printemps s’installe, le tri fait durant l’hiver, les graines plantées pendant la période de repos commencent à porter leurs fruits. Les jeunes poussent sortent de terre et font place à de nouveaux possibles.


En d’autres termes, si pendant l’hiver nous avons convenablement pratiqué le repos, rechargé nos batteries profondes et procédé au dépouillement pour ne garder que le sain et l’utile, alors notre printemps fait germer en nous un nouvel élan rempli de sécurité, de positif, de confiance et de vitalité. Comme les pousses vertes qui émergent d’un sol brûlé, plus notre dépouillement aura été profond et authentique, plus les jeunes pousses seront de qualité.


J’insiste sur la notion de dépouillement car malheureusement ce concept est peu valorisé dans notre société. Il a une connotation de perte, de vide, de misère.


Or si je fais le bilan de mon hiver et de ce qu’il m’a appris, savoir se dépouiller c’est…


🌘 savoir faire le tri pour revenir au strict minimum,

🌘 identifier ce qui est vraiment important et laisser le reste de côté

🌘 ralentir pour laisser la place au « vide »

🌘 faire moins de choses, tout simplement

🌘 privilégier l’être et le moment présent

🌘 prendre des moments pour soi, être seul.e


Quand l’énergie du printemps grandit, que les jours rallongent, que le sucre rapide revient dans notre alimentation, que l’envie de bouger et de créer nous démange, nous ne sommes plus tout à fait pareil. La période de dépouillement nous a « lavé ». Nous devons nous réinventer. Faire le deuil de qui nous étions avant et accepter l’immense cadeau de pouvoir repartir sur de nouvelles bases, vers une nouvelle version de nous. Ça demande le courage de changer de repères, de sortir de vieux schémas, de soutenir des fréquences plus élevées. C’est une forme de renaissance avec son lot d’inconnus et de découvertes.


Mais si, à l’arrivée du printemps, en se regardant dans le miroir, on ne se voit plus tout à fait pareil, c’est qu’on a réussi le pari du dépouillement : une couche de nous-mêmes s’est guéri, nous avons changé de peau.


Au bilan du printemps, que voyez-vous dans le miroir ?

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page